samedi 25 janvier 2014

Aller aux îles Gili en ferry…


...c’est le parcours du combattant ! Il faut prendre un ferry, ensuite faire un trajet en «minibus » local (un tas de ferraille qui tient par l’opération du saint esprit) puis il faut reprendre un bateau, qui flotte par miracle.




Le ferry des îles Gili

Les ferrys sont autorisés à naviguer alors que les speed boats ne peuvent pas s’aventurer en mer. A première vue on se demande pourquoi, mais on comprend très vite ! La mer d’apparence calme nous réserve quelques surprises, comme des creux immenses… Les ¾ des passagers sont d’une couleur entre le jaune et le vert. Vincent s’en tire quand même mieux que la moyenne, son estomac est relativement résistant J Ledit ferry est parti de Padangbai avec 2 heures de retard, ce qui décale toutes les étapes… A bord, on retrouve les traditionnelles vendeuses de nourriture et de boisson, mais aussi, plus curieux et moins engageant, des vendeurs de machettes.

Le bus pour traverser Lombok

Nous débarquons sur l’île de Lombok, et nous continuons de torturer nos boyaux dans les routes de montagne. Notre chauffeur fume comme un pompier et écoute de la techno à fond, c’est très relaxant. Et enfin, après avoir traversé de la boue, de l’eau et des champs nous arrivons à l’embarcadère… C’est là que ça se gâte !

Les bateaux locaux pour les Gili

Ce sont des bateaux utilisés par les indonésiens pour le transport des marchandises, et accessoirement des personnes. Déjà, l’allure est assez peu engageante, mais là l’état de la mer est vraiment mauvais. Les vagues sont énormes et on voit les coques de noix s’éloigner en prenant l’eau. On nous demande d’attendre… On a attendu plus d’une heure, et le temps se dégradait de plus en plus, le vent était très fort et comme si ça ne suffisait pas, l’orage et la pluie sont arrivés. Cerise sur le gâteau, la nuit commençait à tomber.



Encore raté…


Résultat, nous avons préféré ne pas prendre le bateau et attendre le lendemain matin un temps plus clément. On a négocié avec la mafia qui gère les trajets avec les Gili pour qu’ils nous amènent à la guest house la plus proche. Nous avons passé la soirée avec 3 québécois qui ont aussi préféré rebrousser chemin, et nous nous sommes remis de nos émotions autour d’une petite Bintang. 

.

2 commentaires:

Bonjour,
Merci pour l'article! ceci m'a vraiment aidé.

J'espère que votre traversé aura été plus calme que pour nous ;).

Enregistrer un commentaire

Article plus récent Article plus ancien Accueil