mercredi 30 septembre 2009

Boosterblog

.

2 jours de "repos"

Vous constaterez que deux journees manquent : le 28 et le 29. En fait, on est restes a l'hotel parce qu'on n'etait vraiment pas biens... Apres s'etre nourris d'efferalgant pendant 48 heures, ca va mieux!

Voici un petit diapo de nos premieres photos d'Ooty...

.

Depart pour Ooty

Ce matin, on arrive a 8h 50 a la gare routiere pour prendre le bus de 9 heures pour Ooty, mais il est deja parti : S On attend donc le suivant, a 10 heures. Le probleme, c'est que nos sacs ne logent pas dans les emplacements prevus pour les bagages... Le controleur nous dit donc de les prendre sur nous. Super! On ne sait pas trop pourquoi, il nous fait changer trois fois de place (on comprend apres que certaines places etaient reservees) et on se retrouve dans le fond du bus, sous les sacs. Un gentil monsieur a pitie de nous et nous dit qu'on peut les mettre a cote de lui (comme on est au fond on n'a pas d'allee), ce qui veut dire qu'a chaque virage il se prend les sacs dessus, vu la largeur de l'"allee". On arrive finalement a les coincer, mais les gens les enjambent (ou les pietinent) pour acceder a l'arriere du bus (certains ont passe tout le trajet a se ballader dans le bus, a croire que ca les amuse).
Les gens a cote de nous etaient assez sympas. La femme m'a chope l'oreille et l'a trituree pendant un bon moment avant de conclure "very beautiful earings". Ben voui, c'est ma moman qui me les a offertes. A un moment, un ... je sais pas si on peut dire "moine" ou "pretre",enfin un hindouiste sorti d'un temple sur le bord de la route est monte dans le bus avec une grosse flamme et de l'eau, et il avait l'air de donner sa benediction a ceux qui lui donnaient quelques roupies en echange. Je demande donc a la tritureuse d'oreille si elle peut m'expliquer, mais elle me montre la grosse croix qu'elle a de tatouee sur le bras. Et oui, on est tombes sur la seule catholique de tout le bus...
Comme hier, le chauffeur conduisait " a l'indienne", mais la on a failli se manger quelques bus (forcement, a doubler dans des virages ou il n'y a aucune visibilite). Sur le cote, pas mal d'accidents, des bus en particulier, et un camion completement retourne au bord du precipice. On pensait que ca aurait fait reflechir le chauffeur... Meme pas!
Au bout de 6 h 30 de bus ( au lieu des 4 prevues) on arrive a Ooty. Premiere surprise : le climat! Il fait froid, et ca fait du bien! On sort quand meme les pulls et les polaires. Et autre chose de surprenant : pas un seul chauffeur de tuktuk ne nous saute dessus, pas un seul rabatteur. On comprend vite! La ville est en fete (ils font toujours la fete ici!) et tous les hotels sont complets! Ceux qui ne le sont pas affichent des prix...festifs! On finit par trouver un petit lodge a 400 roupies la nuit (pas donne quand meme pour ici).
On pose vite les sacs pour aller se degourdir les jambes. On decouvre que les specialites de la ville sont ... le cafe et le CHOCOLAT! On goute les deux, forcement. Le cafe n'est pas mauvais, mais le chocolat : S Enfin, ca fait 3 semaines qu'on n'en a pas mange, ca fait l'affaire!

.

Dernier jour a Mysore

Pour notre dernier jour a Mysore, on decide de monter la Chamundi hill, une colline ou les pelerins se rendent pour ameliorer leur karma. Pour cela, ils montent a pieds les 1000 marches et prient au temple qui se trouvent au sommet. Franchement, on serait bien montes par l'escalier, mais on ne l'a pas trouve!
La colline n'etant pas toute proche, nous avons decide de prendre un bus. Et la.........C'est le drame!
Deux stations de bus sont indiquees sur notre plan, mais en realite il y a 5 endroits qui peuvent etre qualifies de gare routiere... Au moins, on peut dire qu'on a visite la ville de fond en comble : chaque passant nous indiquait une direction differente, et on a bien tourne en rond! Et a un moment, enfin, les indications ont commence a coller les unes avec les autres. Effectivement, on s'est retrouves devant la gare routiere...celle qui etait en construction. Par miracle, on a fini par trouver notre bus, au bout de plusieurs heures.
On a eu un apercu de la conduite indienne en montagne. La technique est simple : il faut accelerer avant un virage, et surtout, surtout, rouler au milieu, ou mieux, a droite ( alors qu'ici on est censes conduire a gauche). Ben oui, c'est carrement plus rigolo quand on est a contre sens! On n'a toujours pas compris pourquoi certaines choses etaient illogiques a ce point. Enfin, des grandes barrieres de 10 centimetres de haut nous protegeaient au cas ou on aurait derape dans le grand precipice a cote. OUF! On est rassures!
Arrives en haut de la colline, on fait la queue pendant une petite heure pour entrer dans le temple. Des temples, on en a vu des dizaines! Mais celui la, on se dit qu'il doit etre particulier etant donne qu'il faut payer, et surtout parce qu'il attire beaucoup de gens. En fait, au bout de 5 minutes, on ressort deja. C'etait la meme chose que toutes les autres fois, mais la il fallait payer! Pour nous encore, c'est rien, mais les hindouistes paient l'entree pour avoir le droit... de faire des donnations et d'"acheter" une benediction. Sympa...
On redescend avec un chauffeur tout aussi sportif, et on decide de se faire un petit apres midi shopping en prevision des randos en montagne. Petits sacs, couteaux suisses...on marchande de mieux en mieux! Seul probleme : pas de pantalons de rando pour femmes (pas de pantalons tout court en fait, ici c'est sari, un point c'est tout), et les tailleurs sont overbookes a cause du festival...
Pour le dernier soir, on retourne au palais. Souvent, des indiens veulent nous prendre en photos, mais la, on passe carrement la soiree a poser! C'est de la folie. Si on faisait payer 10 RS la photo, on serait riches.

.

A PROPOS DU JEU...

Bonjour tout le monde! Je poste de nouveau le message que j'ai mis en commentaire :

Personne n'a trouve! On a peut etre pris quelque chose de trop dur. Nouvel indice : l'objet mystere SE MANGE (mais ce n'est pas de la pate d'amande) . Chacun a droit a une nouvelle reponse, le jeu s'arrete des que l'un de vous trouve (ou si vous en avez marre de chercher).

.

samedi 26 septembre 2009

Au palais : je veux habiter dans le meme (mais avec un doudou a la place du maharajah)

Apres notre matinee bien remplie, miam miam a notre restau perfere (plutot une cantine). En parlant de ca, on commence a travailler sur une rubrique GASTRO-NOMIE (oui, je sais, le jeu de mot est facile) pour que vous sachiez un peu quelles sont les specialites indiennes.

Apres, direction le palais. Prix sympa a l'entree : indien 20 roupis, etranger 200 roupies... Qu'ils doublent, a la limite, mais payer 10 fois plus... Enfin, on commence a avoir l'habitude! Consolation : les etrangers on droit a un audioguide gratuit, alors que les indiens doivent debourser 100 roupies. ca va a l'encontre de leur logique habituelle, mais du coup on s'offre le luxe d'une visite commentee.
Le palais nous a coupe le souffle : c'est somptueux, magnifique, on se croirait dans un compte des 1001 nuits. Avec les explications en plus, c'est royal. Mauvaise nouvelle pour vous : les photos n'etaient pas autorisees, il faudra vous contenter de vues de l'exterieur! Sorry...
Franchement : notre plus belle visite depuis notre arrivee en Inde!

De retour a l'hotel, il se met a pleuvoir : une vraie averse de mousson! C'est presque tous les jours en ce moment, et on a les orages en prime. mais la, ca ne s'arrete pas! Les tuktuks s'enlisent dans la boue et les rues se transforment en rivieres. Quand ca se clame on retourne au palais. Tout illumine! En plus, des concerts sont organises dans le parc!

Voici quelques photos du palais et des jardins... et du Maharajah!

.

Marche : deuxieme session. ON NE VEUT RIEN ACHETER!!!! GRRRRRRR

On se balladait dans la ville quand un indien est venu vers nous et blablabla... Cette fois, on est archi mefiants, mais il le sent et il nous jure qu'il n'a rien a nous vendre, qu'il veut juste nous montrer le deuxieme marche. MARCHE : ca met la puce a l'oreille, c'est un endroit ou on ACHETE, alors une grosse alarme s'allume das nos cerveaux. mais, vous savez quoi? On est vraiment trop gentils... (non, en fait, c'est juste qu'a vouloir eviter les arnaqueurs, on a peur de devenir paranos et de ne pas laisser leur chance aux gens biens).
C'est sympa, parce qu'on se promene un moment, et comme il parle super bien anglais on peut discuter vraiment. Il nous explique plein de trucs, repond a toutes nos questions... On passe un super moment, le type est genial.
Il nous montre de nouveau comment on fabrique l'encens, et nous depose dans ... un magasin chic qui vend des huiles parfumees. Tiens donc... maintenant qu'on est dedans, on se sent obliges d'acheter, mais on a du perdre un peu de notre "gene francaise" parce qu'on a de moins en moins de scrupules a repartir les mains vides.
A la sortie, on se rend compte qu'il nous guette du coin de l'oeil, pret a toucher sa commission sur nos achats... rate!
Mais cette fois, quand meme, il aura ete sympa jusqu'au bout, et on le remercie pour la visite de la ville. On l'a recroise le soir, il est venu nous parler, pas l'air fache du tout, alors on garde quand meme un bon souvenir...

.

Citation du jour...

Pause philosophique au milieu du recit, pour vous faire part de cette phrase que j'ai trouve en lisant un peu l'histoire de l'Inde. Nehru a dit de l'Inde que c'etait " un paquet de contradictions retenu par des fils solides mais invisibles."

J'aurais lu cette phrase il y a un mois, je n'y aurais prete aucune attention. Mais la, quand on se rend compte a quel point c'est vrai, on se dit que ce type etait un genie d'avoir trouve les mots pour decrire l'etrangete de l'Inde...

.

Deuxieme jour a Mysore : devaraja market

Ce matin, reveil en douceur! Ca tambourine contre la porte, on regarde sur le reveil : 7 heures du mat'! A cette heure la, on se dit que ca frappe forcement pour un truc urgent. Vincent va ouvrir : c'est un mec de l'hotel qui veut savoir si on a du linge a laver... Au moins, on pourra profiter de notre matinee pour visiter!
On se rend au marche, tout le monde a l'air de dire que ca vaut le coup! Effectivement, c'est plutot surprenant, surtout pour un oeil occidental...




Pour les montagnes de trucs colores sur la photo par exemple, on a demande a un vendeur ce que c'etait. Les pigments servent pour se peindre certaines parties du corps : ceux du fond pour les motifs religieux, ceux de devant pour les evenements comme les marriages.

Ici, c'est le coin des guirlandes de fleurs. Certains vendent aussi de petites fleurs blanches pour se mettre dans les cheveux. Ce qui est assez impressionnant, c'est que ca se vend "au metre" : la guirlande est interminable, et le client choisi la longueur qu'il veut.




Et puis ... il y a notre produit mystere!


On decouvre aussi la "specialite" de Mysore : l'encens et les huiles parfumees. En tant que grande fan d'huiles et de parfums, c'est assez difficile de resister!
On se perd dans ce festival de couleurs et d'odeurs, c'est vraiment etonnant!
On trouve un vendeur d'huile pas trop insistant et on lui demande d'en sentir quelques unes. J'avoue, j'ai trop envie de m'offrir un petit flacon. Une folie! 100 roupies! (ok, ca fait 1.30 euros...)
Il nous montre comment il fait ses encens :


il fait une grosse pate avec de la colle, des pigments et des huiles essentielles, il met un peu d'eau, et il roule le tout sur un batonnet de bambou.
Et puis on finit par comprendre, qu'encore une fois, on a ete pris pour des machines a fric... Il insiste pour qu'on prenne le coffret a 1000 roupies, nous dit d'un ton plein de reproches que c'est le MINIMUM que prennent les touristes, que pour nous 1000 roupies ce n'est rien... On lui explique qu'on n'a pas de place, et il nous dit que les autres non plus, mais qu'ils envoyaient par la poste (vu le prix du colis, on va eviter!). On lui prend un petit flacon, comme prevu. Plus de sourire du tout, il nous balance le flacon, ramasse rageusement les billets, et nous dit a peine au revoir. Encore une fois...

.

Gratouille, gratouille...

On dirait que la chance nous sourit : nous arrivons a Mysore pour la fete annuelle de DASARA! Ca dure 10 jours, et c'est un veritable festival de lumiere! Le palais du maharajah brille de mille feux (enfin, 97000 ampoules il parait, mais on n'a pas compte) et la ville est decoree de guirlandes de lumiere. On a hate de voir...
On fait une petite ballade dans l'equivalent de notre foire expo, et on devrait faire payer les gens, parce qu'ils croient apparament qu'on fait parti des attractions... des familles s'arretent pour montrer a leurs bambins ces gens a la peau plus claire, on se croirait un peu dans un zoo, c'est limite si ils ne nous lancent pas des cacahuetes. Enfin, ca reste gentil alors on en rigole. La foire est beaucoup plus sympa que celle qu'on connait et surtout... beaucoup plus indienne!Des pochoirs pour dessiner des signes de benediction du foyer devant les portes, aux remedes ayurvediques, en passant par toutes sortes de bijoux et d'epices, on vient de trouver la caverne d'Ali baba!
Perso, j'aurais bien craque sur une mitraillette a bulles de savon, mais chuis trop graaandeuu! Snif. Autre truc rigolo : des chips geantes d'au moins 50 cm de diametre.

Le soir, on sort pour manger dans la rue. Alors qu'on se pose dans un coin pour manger nos poissons grilles, un indien vient vers nous et nous pose "les questions habituelles" : d'ou on vient, si on est maries, si on reste longtemps... et il nous demande ce qu'on fait apres. Pourquoi on ne se mefie plus? mystere, on est trop gentils ou trop naifs.

On lui dit qu'on cherche des gobi manchuri et on lui demande s'il sait ou en trouver. Il dit qu'il va nous montrer et on le suit. Sur la route, il nous demande si on est deja alles a Amsterdam pour se defoncer. La, forcement, on commence a se mefier et on lui dit qu'on ne fume pas. A son air decu, on devine qu'il avait une bonne affaire a nous proposer.
Notre ami Salem se dirige vers un coin tout sombre de la ville, et la je lui demande de nous dire serieusement ou on va. La, il nous repond qu'on va dans une boutique d'encens pour voir comment ca se fabrique. C'est pas vraiment ce qui etait prevu! Comme ca sent la grosse arnaque, on lui dit que pour l'instant on veut juste finir de manger. No problem! Il dit qu'il va nous attendre! (traduction : faire le pot de glue en nous pressant jusqu'a ce qu'on cede). On finit par lui dire clairement qu'on n'est pas interesses, et il perd son beau sourire et son enthusiasme du depart pour nous faire une grimace amere en guise d'au revoir. Charmant!

On part donc a la recherche des gobis et on trouve un stand qui en fait de delicieux! Il se met a pleuvoir tres fort, alors on s'abrite sous une arcade avec plein de gens. Forcement, les mendiants defilent, et beaucoup d'indiens n'hesitent pas a les chasser. Nous, on se contente de refuser de donner. Grave erreur!
Je venais de tourner le dos a une gamine qui m'arrachait la manche depuis une demi heure, quand j'ai senti une vive brulure dans mon cou et le haut du dos. Instinctivement, je gratte, et la tout le dos se met a bruler, ainsi que la main. Paniquee, je vais voir les vendeurs de gobis, et ils ne savent pas ce qui se passent, ils ne voient rien. Vincent, en regardant de plus pres, voit des centaines de minuscules boutons. Un gamin arrive et nous dit en hindi de mettre de l'eau dessus ( "eau" est un des rares mots qu'on connait...). On file a l'hotel, et la douleur s'amplifie, descend dans les jambes, les bras, les deux mains... On marche un bon moment, et a la lumiere on se rend compte que c'est...du poil a gratter! Ou un truc dans le genre, comme des centaines de petites epines transparentes. Je ne pensais pas que ca pouvait faire aussi mal. En plus, ils avaient mis la dose... apres une bonne heure sous la douche, ca fait encore mal, mais le plus gros est parti.

La seule personne a qui j'ai tourne le dos, c'est la gamine qui demandait de l'argent, alors meme si on ne peut rien prouver... Encore une belle demonstration de l'accueil que certains reservent aux etrangers!

.

On va a Mysore!!!!!!!!!!!!

Ce matin, depart de la boite de nuit-guest house a tres tot du matin. On commence a etre bof niveau estomac, alors on se trouve un ptit cafe ou on commande des trucs normalement "no risk": toasts et omelettes. Malheurs! Les toasts sont servis avec du dentifrice a la framboise ("confiture"?!) et du beurre qui n'a jamais vu le frigo. Quant a l'omelette, c'est tout sauf une omelette, on dirait une grosse galette de pain ... avec de gros morceaux de piment dedans! Des le matin, zont vraiment aucune pitieeeeeeee! :) Forcement, apres ca, les crampes d'estomac reprennent de plus belle.
Apres ca, on go a la gare routiere pour trouver un bus pour Mysore. Le chauffeur nous met tout de suite dans le bain et on regrette le ptit dej. Disons qu'il y a des barres pour s'accrocher dans le bus, meme pour les places assises...et on comprend pourquoi! Ce n'est pas seulement nous qui decollons : c'est le bus lui meme. C'est comme ca pendant 4 heures, et les indiens a la peau normalement plus mate que nous sont blancs comme des linges, pourtant on les pensait immunises...
Passes les premiers haut le coeur, ca aurait pu etre plutot rigolo si on n'avait pas failli broyer une cinquantaine de tuktuk et autant de velos.
On traverse des rizieres et des villages, on est bien, on respire enfin loin de la ville etouffante...
Arrives a Mysore, rien n'a jamais ete aussi facile! (ben oui, on commence a avoir l'habitude). 10 minutes apres avoir ete debarques, on trouve une chambre trop bien, enfin elle est propre, alors c'est geniaaaaaaaal! En plus, on n'est pas loin du palais du Maharajah. On ira se faire payer l'apero un de ces soirs.

.

NOUVELLE RUBRIQUE!

Bonjour a tous, etant donne que vous etes de plus en plus nombreux a faire vivre le blog, nous avons decide de le rendre plus interactif! :)
Durant un trop long trajet en bus, nous avons eu l'idee de poser de petites devinettes, en rapport avec notre periple bien sur! Nous etablirons un classement en fonction du plus grand nombre de bonnes reponses! Le jeu est bien sur ouvert a tous, et vous pouvez poster vos reponses en commentaires. Le premier a donner la bonne reponse montera d'un point dans le classement. Nous precisons egalement que le delais d'envoi maximum est d'une semaine apres la parution de la question (cachet de la poste...ne faisant pas foi). Si passe ce delais personne n'a trouve, on vous donnera peut etre un indice... : ) si vous etes sages. Bon courage a tous!

La question de cette semaine est en rapport avec notre visite de Mysore. Nous nous promenions sur le grand marche, et il y a un stand qui nous a etonne : nous n'avions aucune idee de ce que le mossieur vendait! Alors on lui a demande, et maintenant on a la reponse. On lui en a meme achete... mais de quoi s'agit-il?



Le premier qui nous dira ce que sont ces petits blocs prendra la tete du classement! ATTENTION : une seule reponse par personne autorisee. Alors reflechissez bien! Good luck

.

mercredi 23 septembre 2009

Bangalore

Arrive a Bangalore : le choc. On savait que c'etait une grande ville, mais personne n'avait pense a nous dire que c'etait une decharge geante. Les trottoirs, quand il y en a, sont en cours de construction (ou de destruction, on ne sait pas bien) et les ordures jonchent le sol. On est la "en transit", pour faire une pause apres les 17 heures de train et avant le bus pour aller a Mysore.
Pas de photos sur la ville, vous prenez des photos d'une decharge publique ca fait a peu pres le meme effet.
On est arrives le matin avec nos sacs a dos, direction un hotel indique dans le Lonely Planet (qui fait decidemment beaucoup d'erreurs...) section " petits budgets". On demande si on peu avoir une chambre, le receptionniste nous lance un regard charge de mepris avant de nous dire " full". Pas bonjour, pas merde, "full". Ca doit etre complique de faire une phrase complete. Visiblement, l'hotel n'est pas full du tout, c'est la periode creuse et les trois quarts des clefs sont encore accrochees a l'accueil. Alors d'accord, avec nos sacs a dos, apres avoir passe une nuit dans le train, on ne fait pas super frais, mais un minimum de politesse n'aurait pas tue le gentil mossieur!
On a trouve un autre hotel, on demande une chambre, et le mec nous amene dans une chambre ... remplie d'indiens affales sur le lit devant une television. En nous voyant, ils s'en vont de mauvaise grace en nous lancant des regards peu engageants . On comprend que ce sera NOTRE CHAMBRE, avec des traces de chaussures plein les draps puisqu'ils sont montes sur le lit avec leurs chaussures... Ca me fait marrer quand apres il faut se dechausser pour entrer dans les boutiques...
On tente une ballade dans la ville, mais on a vite le tournis avec tout ce bruit, et la foule... Bombay avait un minimum de charme, mais ici c'est zero. Meme les habitants nous le disent, et sont supris de nous voir ici. Un vendeur de jus de fruits qui rigolait tout le temps nous a d'ailleurs conseille de partir tres vite d'ici vers des endroits plus accueillants. On ne va pas se le faire dire deux fois!
On pensait au moins pouvoir se reposer a l'hotel, mais non, on se croirait dans un hall de gare, on ne peut reellement dormir qu'entre 2 heures et 5 heures du matin. Pour atteindre la chambre, c'est sympa, on doit enjamber les 20 personnes qui sont allongees dans le couloir.

Bangalore, on n'aime pas! Seuls points positifs : quelques personnes sympas rencontrees, des restaus bouibouis trop bons et pas chers, une connexion internet digne de ce nom... C'est deja ca!

.

Depart d'Hampi

Pour tout dire, l' "indian attitude" commence a vraiment nous courir sur le haricot, pour etre polis...

On a decide ce matin la de prendre notre petit dej dans les ruines. Plein de gens passent, certains echangent quelques mots avec nous et nous souhaitent bon voyage... Et puis un indien vient s'asseoir juste a cote de nous. Rien d'alarmant, ca arrive souvent, et on commence a discuter. Tres sympa, on se dit qu'enfin quelqu'un de desinterresse vient nous voir! (ben oui, etant donne qu'il n'avait rien a vendre...) On lui pose plein de questions sur lui, il nous dit qu'il est tailleur de pierres. Nous, on pense qu'il s'occupe de la restauration des temples. En fait, il nous dit qu'il fait des bijoux en pierres, et il nous dit de l'attendre, qu'il va nous montrer ses creations... Il nous apporte un gros sac avec plein de pendentifs en pierre taillee. C'est joli, mais on ne veut pas acheter, et il commence a s'emporter, a nous dire qu'on est des vilains touristes profiteurs, que si on vient en Inde il faut aider le pays, que notre attitude n'est pas normale... juste parce qu'on a poliment refuse d'acheter.
Il nous dit qu'au moins, on doit lui donner quelque chose (on n'a pas le choix, on DOIT). Il veut un stylo, je lui file un des bics "Atlantique analyses" que j'ai sur moi. C'est super, on fait de la pub pour le labo jusqu'en Inde... : )

On commence ensuite a se diriger vers le bus, et la une petite fille de trois ou quatre ans s'accroche a ma main et me demande des biscuits en souriant. Probleme : je n'en ai pas sur moi et je lui dis. Elle me regarde en froncant les sourcils et hurle de sa voix stridente "BISCUIIIIITS!" C'est cool, tout le village nous regarde. Je lui propose des bananes et de la noix de coco, c'est tout ce qu'on a sur nous. Elle dit que non, elle veut des BISCUIIIIITS. J'essaie de lui lacher la main : impossible, elle s'accroche de toutes ses forces en hurlant. Je finis par la decrocher et lui donne de force une banane. Elle repart en boudant, ecrasant la banane dans sa petite main. Comme quoi, il faut meme se mefier des gamins de 3 ans...

Dans le meme genre, alors qu'on marche de la station de bus vers la gare, on croise plein de gosses qui jouent et qui nous posent plein de questions, d'ou on vient... Nous, on leur repond, on discute, ils sont super mignons! Et la je sens un desequilibre dans mon sac, genre une epaule qui porte tout le poids... Pendant que les plus grands nous occupaient, les petits essayaient d'ouvrir toutes les poches du sac, et avaient deja detache une bretelle.

  • Nous, on veut bien etre tolerants, mais la on est un peu blases : de la a conclure que tous les indiens sont des profiteurs, il n'y a qu'un pas qu'on ne fera pas l'erreur de franchir. Mais on est un peu decus, quand meme...

.

Hampi : acte 3


Dernier jour a Hampi, il faut trouver un train pour rejoindre la ville suivante (Bangalore). On ne savait pas dans quoi on s'embarquait...
Nous sommes entres dans le premier bureau de reservation qui avait l'air correct, et on a demande un billet pour Bangalore. Le type nous a regarde et nous a demande de l'attendre une minute. (on s'est rendu compte par la suite que son telephone et son ordis etaient la juste pour decorer et qu'il allait passer les coups de fils de chez un copain). 20 minutes plus tard, alors que nous etions sur le point de repartir, il est revenu! Il nous explique qu'il nous avait pris un "tatkal ticket". Kesako??? Nous pas savoir, alors on lui demande de nous expliquer. Probleme : l'anglais n'est pas son fort, ou alors il fait expres, mais apres un quart d'heure de barratinage on ne sait toujours pas ce que c'est. Il nous a a l'usure, et on lui demande combien c'est. Il n'a pas l'air non plus d'etre un pro de la calculette, alors il nous dit 250, et puis non, en fait 550, et non, 440 par personne. (en gros ca fait 13 euros pour deux). Pas cher, mais pour le pays ca semble beaucoup. Enfin, comme on ne connait pas les tarifs, on dit oui parce que c'est un train de nuit ( on aura passe 17 heures dans le train) et que du coup on n'avait pas de guest house a payer pour le soir. En sortant, on va quand meme verifier les prix de l'Indian Railway (equivalent de la SNCF), et la on voit que le prix normal est de 200 roupies par personne. On retourne voir le mec en lui montrant le papier, et il ne sait pas quoi dire. Il nous ramene son chef qui est carrement odieux et qui considere les femmes comme des etres inferieurs (lui et moi on n'etait pas copains du tout). Au final, Vincent (a qui il accepte de parler, parce qu'on ne negocie pas avec une femme) arrive a lui faire cracher qu'il nous a reserve un billet HUBLI-BANGALORE au lieu d'un HOSPET-BANGALORE, et qu'on paie donc la premiere partie du voyage que l'on ne fait pourtant pas. "Tatkal" veut donc dire que notre place est reservee sur la totalite du trajet et non sur le trajet reelement effectue? Ou alors il nous a juste arnaque? Au final, il refuse de nous rembourser et on se quitte en ... disons ..."pas tres bons" termes.
Pour continuer sur notre "journee arnaques", on est alles visiter un temple encore en fonction. Alors on fait comme tout le monde, on pose nos chaussures a l'entree, on visite, et quand on revient, un type sorti de nul part nous demande de l'argent pour avoir garde nos chaussures. On lui dit que c'est hors de question, et la il nous montre un vieux panneau tout efface dans un coin du temple ou il est ecrit, on ne peut lire que quand on se penche bien dessus, qu'il faut payer le gentil mossieur. On lui donne donc l'argent, et il ne nous rend pas la monnaie. Il a fallu insister pour revoir nos roupies, le type avait l'air furieux de ne pas avoir reussi a nous arnaquer...
On commence a trouver les indiens bien moins sympas qu'au depart. Il y en a toujours quelques uns de gentils, mais en majorite on dirait qu'ils veulent nous faire sentir qu'on n'est pas tellement welcome...

.

Hampi : acte 2


Hampi etant entouree de temples, nous avons decide d'en visiter quelques uns. Certains (et pas les mieux...) demandent un prix exorbitant pour pouvoir entrer. Enfin, ce n'est pas tant le prix qui est enorme que la difference entre ce qui est demande aux indiens et aux etrangers.
Bref, on visite, c'est mignon, mais il nous est arrive un truc un peu moins sympa... Vous vous souvenez, on vous avait parle du chauffeur de tuktuk a qui on avait fausse compagnie le premier jour pour aller voir un "concurrent"? Et bien, on tombe sur lui et sa bande de potes. Alors qu'on passait devant eux, on commence a entendre des insultes clairement dirigees contre nous.
Le mec arrive vers nous, et ce n'est pas une image, ses yeux brillaient litteralement de colere. Il nous dit qu'on est vraiment pas des gens biens, que ce qu'on a fait c'est tres mal... Alors on lui explique qu'on est libre de choisir le chauffeur qui nous plait et que si nous ne l'avons pas choisi, c'est parce qu'il nous a colle pendant une heure et que c'etait carrement insupportable. (on est restes corrects, parce que la bande de potes en question avait l'air prete a se jeter sur nous, et la route etait deserte...on n'en menait pas large!). Au final, on a reussi a partir, mais on ne comprend toujours pas pourquoi une histoire aussi insignifiante a pris des proportions aussi dramatiques.
Apres ce petit incident, on decide d'aller voir les chutes d'eau indiquees vaguement sur un plan, mais pas sur les guides touristiques. C'est un peu l'aventure, on traverse des bananeraies, des chemins paumes , on marche pas mal, et on arrive... Dans un cul de sac! Un peu depites, on ne sait plus quoi faire , on a comme une furieuse envie de pietiner le plan et de le donner a manger a la vache qui s'est plantee a cote de nous.
Et la, tout d'un coup, un type sort de nul part. On lui demande s'il sait ou sont les chutes, et il nous dit qu'il va nous accompagner. On est repartis, sur des chemins encore plus paumes, on coupe A TRAVERS les bananeraies, on est completement perdus. Effectivement, sans lui, on n'aurait jamais trouve. On traverse des hautes herbes pendant un moment, et Vincent a la riche idee de lui demander s'il y a beaucoup de serpents par ici. Notre guide improvise, l'air imperturbable, repond "oui, bien sur". Supeeeeeer!
Au final, on arrive a une petite cascade, et le "guide" nous dit que le courant est trop fort pour traverser et acceder aux chutes. Dommage, mais c'est joli quand meme! Merci le mossieur!
Quand on rentre, il fait presque nuit, c'est l'effervescence dans la rue : comme tous les samedis soirs, c'est un peu la fete! Il y a plein de stands dans la rue, alors on goute plein de trucs bizarres trop bons. Les locaux nous regardent, un peu surpris : c'est vrai qu'on est les seuls touristes a manger dans la rue avec eux et pas dans les supers restaus...

.

dimanche 20 septembre 2009

Petite selection des meilleures (selon nous) photos d'Hampi et des environs.

Voici un petit diapo des photos d'Hampi. desoles, on a du retard dans l'ecriture, mais c'est que ca prend du temps! En attendant, vous avez de quoi regarder... : )


.

samedi 19 septembre 2009

Petit oubli que je m'empresse de rectifier : nos quelques photos des plages de Goa!

.

Decouverte d'Hampi : acte 1!

Le matin, apres s'etre rendu comptes qu'on nous a aussi coupe l'eau, on part pour re traverser la riviere. cette fois, le niveau a bien monte et les courants sont plus forts. On se cherche un petit guest house dans Hampi Bazar et la on tombe sur LE TOP! Jolie chambre, tout est propre, on se sent bien! Tout ca pour 3 euros la nuit... : )
On est super happy, et on decide d'aler visiter un village voisin : il faut marcher 5 km et ensuite prendre le bateau a un autre endroit. On marche, on marche (il faut preciser que les kilometres ici semblent plus longs que ceux en France a cause de la chaleur). Et la, on voit le bateau : des feuilles de bananier recouvertes de goudron, et ca fait un gros rond. Ca a l'air de flotter, et un indien nous montre fierement son "funny boat" : je ne doute pas une seconde que ce soit funny, du moment qu'on ne monte pas dedans. On lui demande de nous faire traverser, mais il nous dit que les courants sont trop forts. On ne verra jamais le petit village de l'autre cote, mais on dormira bien avec toute la marche qu'on a faite!

PROCHAINEMENT DANS LES SALLES : notre diapo des photos d'Hampi!

.

Comment devenir abonne fidele

Sur notre blog vous avez la possibilite de devenir membre de notre blog et d'agrandir notre communaute.

Pour cela il suffit de posseder un compte Google, AIM ou Yahoo et de cliquer sur "devenir membre".
Ensuite, il ne vous reste plus qu'a cliquer sur le logo representant votre compte et a donner les renseignements demandes.

Une fois que vous etes "membre fidele", vous avez la possibilite de vous connecter en faisant la meme manipulation.
Le fait de devenir membre vous offre quelques options en plus.

.

Jours 7 et 8 : on change encore d'etat!




Nous avons decide de quitter Goa pour le Karnataka, plus tranquille et plus vert. On a passe une journee a comprendre comment reserver le train, mais le jeu en vallait la chandelle! Le trajet en train a lui seul etait magique, et en plus deux indiens habitues a ce trajet nous prevenaient quand on allait traverser un beau paysage, et on s'avancait au niveau de la porte (qui restait ouverte pendant le trajet, et oui, faut pas tomber) pour admirer le paysage dans toute sa splendeur. Voici un apercu :



On a quand meme failli ne pas partir : le proprio de la guest house, a qui on avait bien precise le soir qu'on decollait a 6 heures le lendemain matin, avait oublie d'ouvrir la grande porte... On a donc joue de la sonette pour le reveiller, il est venu nous ouvrir, pas trop reveille et pas trop habille...Le pauvre!
Le train est beaucoup plus confortable que le bus et plus rapide : on le reprendra des que possible! En plus, les vendeurs de tchai (the aux epices trop trop bon) passent sans arret, ainsi que les vendeurs de miam miam, on a pu gouter plein de nouveau trucs!
Petit bemol (ames sensibles, s'abstenir) : des blattes ENORMES qui se baladent pour grignoter les restes abandonnes par les voyageurs.
On s'est aussi laisses avoir a l'arrivee : c'etait la cohue pour sortir, et on se moquait d'eux en disant que tout le monde aurait le temps de sortir, que ca servait a rien de se bousculer... En France, on laisse tous les passager descendre avant de repartir! Et bien la, non! On a senti que le train repartait, alors on a couru et saute du train en marche (oui, je sais, c'est dangereux). Beaucoup n'ont pas pu et sont restes dans le train, et certains n'ont pas pu monter non plus!
Bref, a peine sortis (ou plutot tombes) du train, il a fallu faire face a l'armee de conducteurs de tuktuks qui nous empechaient d'avancer. C'etait de la folie! Ils faisaient des remparts de tuktuks pour nous empecher d'avancer. On leur a dit un paquet de fois de go away very quickly, sinon on allait se facher very fort. On en avait vraiment plus qu'assez, donc juste pour les emm***er, on est partis a pieds. La ville qu'on devait rejoindre etait a 20 km, donc on s'est dit qu'on monterait plus tard avec un mec un peu plus calme. Mais le plus collant, celui qui avait "mis la main" sur nous en premier, nous a quand meme suivis sur plusieurs kilometres avant de nous lacher...
La, on a fini par monter dans un tuktuk au chauffeur calme, et on repart! Sauf qu'on a recroise notre pot de glue attitre, et il avait pas l'air content du tout qu'on lui ait fausse compagnie pour aller voir la concurrence! Petite engueulade entre chauffeurs, mais rien de bien mechant.
Arrives a Hampi, on est un peu surpris : on debarque aux milieu de temples anciens dans une ville petite mais magnifique. On depasse vite le coin marchand (hampi bazar) et on arrive a une petite riviere : il faut traverser dans des demi bateaux. Il faut d'abord marcher un peu dans l'eau a la couleur indefinie, et je trouve le moyen de glisser sur un rocher. Splouf. Heureusement que Vincent avait les papiers importants dans son sac, parce que sinon les passeports prenaient aussi un bain!
Arrives de l'autre cote, les paysages sont encore plus beaux : des rizieres! On s'arrete donc dans un bungalow tout pourri, pas cher la nuit mais pas d'electricite non plus... Et on a les bestioles en prime ( ben voui, il y a 20 cm entre chaque tas de paille qui servent de toit...). Mais on est contents : on est de l'autre cote de la riviere! Bonne nuit les petits!

.

mercredi 16 septembre 2009

Panjim, suite

Ce matin-la, on s'est reveilles avec l'estomac en super forme, alors on a decide de s'habituer progressivement a l'eau d'ici. On en a bu un peu ( de toute facon on a pas le choix si on prend des jus dans la rue). 48 heures plus tard, pas d'effet particulier, on a un systeme immunitaire au top!
Vincent a fait son bapteme de tuk-tuk pour aller a Velha Goa. C'etait rigolo, on a bien l'occasion d'apprecier la moindre irregularite de la route et la proximite avec les voitures!
Il s'est avere que la seule chose a visiter dans Velha Goa, c'etait les eglises. En effet, l'ancienne cite portugaise, encore plus developpee que Lisbone, s'est beaucoup degradee. Il ne reste plus qu'une petite ville plutot rurale, et des eglises. Ballade dans la ville (Ahhhh! Le calme!!!) et petite visite des plus belles eglises.
Une fois rentres "chez nous", nous avons pris un "bac". Traduction : bateau qui flotte par miracle et qui traverse un cours d'eau pour nous amener sur l'autre rive. On s'est retrouves dans un petit village loin des sentiers touristiques. Les gens nous regardaient, un peu etonnes de nous voir la alors que le peu de touristes qui passent par la le font a toute vitesse en 4x4 climatise. On a vu comment ils faisaient secher le poisson qu'on nous sert dans les restos apres, du coup Vincent ne veut meme pas gouter! (voici une petite photos des poissons en cours de dessechage)
Le soir, on sortait du resto quand un indien vient vers nous et nous demande si on est francais. Un peu etonnes, on lui dit que oui. Et la, il commence son interrogatoire : de quelle ville on vient, ou on va, quelle metier on fait, notre salaire, notre age, si on a eu des petit(e)s ami(e)s avant de se connaitre, si on est maries... Ca dure une demi heure, et on ne sait pas que penser de ce type un peu bizarre. On est peut-etre paranos, mais ca nous semble louche et quand il nous demande ou on loge, on dit qu'on ne se souvient plus du nom de la guest house. Peut-etre un flic en civil?
Il finit par epuiser son stock de question, repos!
Bilan : journee bien remplie et pleine de decouvertes!

.

Suite a un probleme signale , sur l'imposibilite de pouvoir laisser des commentaires,notre programmateur ( moi ;) ) a procede a quelques modifications.

Pour laisser un commentaire voici la marche a suivre :

- En cliquant sur "commentaires" une fenetre va s'ouvrir.

- Ecrivez votre commentaire dans l'encadre.

- Si la ligne "Vérification des mots" est presente, il vous suffit de re-taper la combinaison de lettres qui se trouve juste au- dessus.

- Ensuite, plusieurs options s'offrent a vous :

- Soit vous disposez d'une adresse @mail sur GMAIL, dans ce cas cochez la ligne "compte google" et remplisez les renseignements demandes.

- "Open Id" ne vous servira certainement pas.

- "Nom/url" vous permet de laisser un commentaire en indiquant votre nom ou un pseudonyme de votre choix. La case "url" et facultative, elle sert uniquement pour ajouter a votre nom une adresse de site pour en faire la promotion par exemple.

- "Anonyme", comme son nom l'indique, permet de laisser un message de facon anonyme.

Encore desole pour les accents manquants car les claviers ne sont pas francais!


.

Notre premier jour dans l'etat de Goa

7 heures du mat, on etait donc pas tres frais apres une nuit blanche. On allait sortir du bus quand un gros type a pousse tout le monde pour monter (les 5 premiers metres etaient deja remplis de chauffeurs a l'affut de clients).Il nous a gonfle pour qu'on le prenne comme taxi, malgre nos refus
a la chaine. Il nous a suivi jusque dans le cafe ou on allait prendre un ptit dej, et s'est assis a la table a cote, sans rien consommer et en nous regardant avec insistance. Le patron ne voulait pas qu'il reste sans consommer, et le type lui a dit qu'il etait notre chauffeur, qu'il nous attendait. On a dit au patron que non, pas du tout, et l'autre est parti en nous criant dessus en Hindi. Super reveil en douceur.
On a fait le tour de Panjim, c'est tout mignon! On trouve un petit guest house sympa, et c'est journee repos et ballade. La ville ne fait pas tres indienne, elle a ete sous domination portugaise et l'architecture
coloniale prime sur les temples hindous.

Le soir, on a croise un bateau qui etait en fait une boite de nuit flottante! Un bateau qui traversait le cours d'eau pendant 2 heures avec la musique a fond. On s'est rendu compte que tout etait "flottant" ici : les restos, les casinos...

.

Voici un petit diapo des photos inclassables que nous voulions vous montrer...




...laissez nous des commentaires pour dire ce que vous en pensez!

.

mardi 15 septembre 2009

From Mumbai to Panjim

Tels Asterix et Obelix dans la maison qui rend fou, nous commencions a saturer a cause des sollicitations incessantes des vendeurs. Ils sont d'une tenacite innimaginable! Nous avons donc adopte la strategie brillamment trouvee par Asterix : se battre avec leurs propres armes. Concretement : essayer de refiler des babioles a ceux qui veulent nous en vendre, et assomer de questions ceux qui barratinent. Cette technique remporte un franc succes avec les vendeurs de cartes postales et les dealers (on nous propose de l'herbe 10 fois par jour, on doit avoir des tetes de fumeurs). En general, ils fuient au bout de 3 questions. Variante : on peut aussi leur expliquer que c'est pas bien du tout de fumer.
Nous faisions fuir les camelots quand un indien qui ne vendait rien est venu vers nous, il voulait juste discuter un peu. Les gens autour se sont joints a la discussion, c'etait super sympa! Au final, Sunil, l'indien du depart, nous a invite chez lui a passer quelques jours. Manque de bol, il habite dans l'etat de Gujarat, qui est plus au nord alors que nous descendons.
On a ensuite rencontre des irakiens, qui voulaient se prendre en photo avec nous. Bizarres mais gentils, ils avaient l'air de se demander ce qu'on faisaient avec nos gros sacs.
Fin d'aprem, nous trouvons enfin le bus qui doit partir pour Goa apres avoir tourne dans Bombay pendant deux heures. Les chauffeurs fument un truc qui sent fortement le shit, c'est super rassurant.
En voyant la tronche du "bus", on etait un peu furax contre le type qui nous a vendu des billets "sleepers", il est evident qu'on ne pourra jamais dormir la dedans, on ne tient meme pas couches! La prestation ne ressemble en rien a celle qui nous a ete vendue, mais c'est vrai que vu le prix on ne peut pas dire grand chose. Pour finir de nous retourner l'estomac, nous faisons un arret dans un resto qui servait des trucs trop bons, mais epices a en pleurer. Un serveur avait meme l'air de s'inquieter et est venu voir si tout allait bien :)
Sinon, le chauffeur conduisait un peu comme un malade et on decollait souvent des couchettes. & heures du mat : le gentil organisateur vient nous hurler dans l'oreille qu'on est arrives a Panjim, capitale de l'etat de Goa.

.

Mettons nous bien d'accord...

Bonjour, ce message est un peu a part et concerne un mail que nous avons recu concernant notre blog. Je tiens a preciser que ceux qui n'apprecient pas ce que l'on ecrit ne sont pas obliges de lire, que si nous ne donnons pas l'impression que l'Inde est le pays de Candy ou tout le monde est gentil c'est parce que ce n'est pas vrai et nous voulons coller le plus possible a la realite. Enfin, s'il arrive que les photos mettent du temps a apparaitre, c'est parce que le temps de telechargement est tellement long que nous ne pouvons pas toutes les charger dans le temps d'ecriture des articles, mais je pense que mieux vaut un leger decalage qu'un blog sans photos...
Fermeture de cette parenthese, et bonne lecture a ceux qui apprecient le blog!

.

samedi 12 septembre 2009

Jour 3 : Elephanta Island

Namaste! Desolee de decevoir ceux a qui le titre a laisse croire que nous etions alles sur une ile avec des elephants, elle ne s'apelle comme ca que parce que des elephants sont sculptes dans les temples. Nous avons pris un petit bateau, pas trop mal a l'allee mais tout pourri au retour, les joints etaient faits avec du goudron pour que le machin de coule pas... Mais on etait proteges, parce que le matin un des pretres de Shiva nous a donne sa benediction! Il a chante plein de trucs, recite des mantras et au final nous a peint des trucs sur le front, nous a fait manger des bonbons bizarres et nous a offert des bracelets colores qui deteignent sur la peau et les fringues. Mais c'est super, parce qu'on est proteges! Et notre famille aussi!
Bref, on a passe une bonne heure a se demander quand le truc allait couler, et on a debarque sur une jolie petite ile,toute verte, une vraie jungle! Ca change des klaxons de Bombay! On voulait negocier l'entree aux temples, mais pas moyen. Il faut dire que le prix est assez aberrant : 10 roupies pour les indiens(10 centimes a peine) et 250 pour les etrangers(presque 5 euros). Et oui, ici c'est comme ca, les prix ne sont pas les memes en fonction de l'origine... Je n'immagine meme pas si ce systeme etait mis en place en France...
On a goute un nouveau truc trop bon : epis de mais frottes avec du citron et du piment. Miaaam... Mais on est pas les seuls a aimer ca : Vincent s'est fait voler le sien par un singe! Ils sont partout, et volent TOUT. Ils ont meme reussi a chaparder des bouteilles de soda, et ils boivent dedans! C'est tout mignon, mais de loin, parce que ca a quand meme des sacrees dents.
Demain, pas de nouvelles de nous! On prend le bus a cinq heures de l'aprem pour ariver le lendemain matin a Goa, l'etat un peu plus au sud. Beaucoup y vont pour les plages, mais nous on veut surtout voir les restes de l'epoque ou les portugais avaient colonises la region. Dodo dans le bus, donc, souhaitez nous bon courrage!

.

Jour 2 en Inde : JETLAG!


Pour notre deuxieme jour en Inde, nous decouvrons les joies du decalage horaire! Quand on est assez frais pour decoller, il est trop tard pour faire une "vraie" visite, alors nous decidons de nous ballader dans Bombay a pieds.
Nous longeons la "promenade" qui borde la mer, et le paysage est peu engageant : beton, beton, et encore beton. Nous nous enfoncons donc un peu plus dans la ville et decouvrons des rues entieres de marchands ambulants. C'est la caverne d'Ali Baba, on trouve de tout! C'est l'occasion de gouter plein de trucs, comme le jus de canne a sucre : des gamins coupents des petits morceaux de canne a sucre, qui sont entassees par terre a peu pres au niveau des pots d'echappement. Ensuite, le vendeur passe un morceau de canne dans une machine toute rouillee et crasseuse, melange le jus a plein de trucs (je sais pas ce que c'est et je veux meme pas savoir), et voila un verre du truc non identifie mais trop bon! Prix : 6 roupies , soit environ 10 centimes d'euro!
Sinon, on a aussi trouve le Leopold's cafe, bar et restau ou se passe en grande partie le livre Shantaram. C'est vraiment comme l'auteur le decrit, mais ils abusent un peu sur les prix (enfin, pour la France ce serait ridicule, mais pour ici c'est cher).
Autre curiosite, nous n'avions malheureusement pas d'appareil photo sous la main pour vous montrer ca : boite de nuit en plein air! C'est un camion qui roule a deux a l'heure, et plein de gens suivent en dansant et chantant! Super rigolo.
Voila pour ce deuxieme jour en Inde, esperons que tous soient aussi riches de decouvertes!

.

vendredi 11 septembre 2009

premiers jours en Inde!!!

Tout d'abord, petite info pour nos lecteurs : les claviers ne permettent pas de marquer tous les accents, donc pas de commentaires désagréables à ce sujet, ce serait sympa!
Nous sommes arrivés hier à Bombay, et avons été trèèèès bien recus ( je constate que la cédille ne vient pas non plus) par le gentil personnel de l'aéroport (ironie...). Nous sommes passés à 4 guichets différents, les types nous parlaient vraiment n'importe comment, et puis ils ne voulaient pas nous laisser sortir. Motif : nous n'avions pas de nom d'hôtel à donner. Finalement, on a balancé un nom de quartier au hasard et ils nous ont lâchés!
Après ca, on croyait les ennuis finis, mais non, pas du tout, ce serait trop beau! On a mis un certain temps avant de comprendre le système des taxis ici, et une fois qu'on en a eu un... On a failli mourir 50 fois au moins en deux heures. Mais les chauffeurs sont des génies, et après avoir slalomé entre les voitures, évité les piétons, les bus, les tuktuk (c'est un vrai exploit, car tout ce beau monde circule ici n'importe comment), joué du klaxon pour remplacer les clignotants, les rétros et le frein, nous avons récompensé le gentil môssieur avec un pourboire exhorbitant pour nous avoir amenés dans Bombay en vie.
Mais, encore une fois, ce n'est pas fini! Il fallait trouver une guset house pour le soir. Avec nos têtes de touristes et nos gros sacs, tous les rabatteurs du coin nous sont tombés dessus et nous bloquaient l'accès aux hôtels pas chers, car si nous avions étés dans ceux-là, ils n'auraient pas touché de commission. Nous avons essayé de nous en débarrasser. Gentillement, et puis moins, et finalement nous sommes restés pendant deux heures dans un bar. A la sortie : surprise! Tout ce beau monde s'est mis à nous emboîter le pas de nouveau. On leur a dit de partir parce que là, on allait finir par vraiment s'énerver. Ils ont du sentir qu'on bouillait vraiment parce que cette fois, ils ont débarassé le plancher. Donc premier guest house pour nous, pas trop mal, nos amies les blattes prennent leur douche avec nous et un petit margouillat vient nous dire bonjours de temps en temps, mais tout va bien. En plus, on se sent suuuuuper proche des gens : quand le voisin éternue/se mouche/va aux toilettes/ramène une fille dans sa chambre on en profite aussi!!!
Après tout ca, ballade dans les rues, miam miam le premier repas indien, des trucs trop bons mais non identifiés à base de champignons et noix de cajous. Et en dessert, des "cham cham". Là, j'ai eu la mauvaise idée de demander ce que c'était : le serveur m'a expliqué en détail la fabrication, et je demanderai plus rien nul part!

Oups, le type du cyber dit que "time is over", la suite demain!

.

vendredi 4 septembre 2009

On est toujours là

Bonjour à tous, le blog est resté en suspens cet été mais ce n'est que pour repartir de plus belle! Et oui, le voyage vers l'Asie se prépare et nous partons mercredi 9. On ne réalise pas encore tout à fait!
Pour les préparatifs, on se rend compte que vivre un an avec un sac de 60 litres chacun, c'est pas évident, surtout quand les sacs de médocs prennent les 3/4 de la place, mais en tassant un peu ça devrait rentrer...
Prochaines nouvelles dans une semaine, quand on sera sur place!!!

.

Articles plus récents Articles plus anciens Accueil