vendredi 12 mars 2010

Début de journée ennuyeux, puis... SURPRISE!

Journée vraiment pas terrible en perspective, puisqu'on doit faire six heures de bus avant d'arriver à Battambang. Enfin on ne se plaint pas, il paraît que c'est la première et dernière fois au Cambodge où on aura de la vraie route! ça va à peu près, enfin on se concentre quand même pour ne pas vomir, pas à cause de la route mais à cause de ce que mangent les Cambodgiens... Des oeufs à moitié fécondés avec un début de poussin dedans, et des sortes de saucisses de porc cru marinées dans des épices, au final on peut dire que c'est cuit grâce au soleil et au piment. Vincent a à peu près aimé l'équivalent vietnamien, la même chose mais en petits carrés, mais moi je peux pas...
Pour la première fois depuis très longtemps, on a froid! La clim transforme le bus en frigo, le choc quand on en sort est redoutable. Le chauffeur voulait nous déposer à au moins dix kilomètres de la ville où une armée de tuktuks nous attendait, mais les autres passagers (tous cambodgiens) connaissaient le trajet et ont fait un peu pression pour qu'il nous dépose en centre ville. Le type devait toucher une commission sur les courses des tuktuks, c'est pour ça qu'il était près à nous laisser au milieu de nul part!
On trouve un hôtel qui a l'air pas mal de l'extérieur, mais dès qu'on entre on s'apprête à faire demi-tour : ça fait encore plus luxueux que tout ce qu'on a vu jusque là. Avant qu'on aie le temps de sortir, la fille de l'accueil nous interpelle, on demande le prix au cas où... En fait, c'est huit dollars, alors on tombe de haut... On a le wi-fi en plus, ce qui veut dire qu'on peut mettre le blog à jour, on ne dit pas non! La chambre est superbe, mais toujours envahie par les fourmis, comme les dix dernières chambres qu'on a eues...
On sort ensuite pour voir un peu la ville, mais on n'a pas le temps d'aller bien loin! Un scooter s'approche, et mécaniquement on lui dit non, on l'a pris pour un taxi. En fait, c'est le directeur d'une école et il nous demande si on veut bien donner un cours d'anglais aux enfants. Euh, ben... On speak pas very well, nous, et puis on s' imagine devant toute une classe, ça nous donne déjà des sueurs froides! Enfin il insiste un peu, et on finit par accepter... Nous voilà à trois sur un petit scoot, on se retrouve sur une route qui n'en est pas une, on traverse des demi-villages avant de se retrouver dans un tout petit village bien paumé sans électricité et tout poussiéreux. On arrive dans une classe, les gamins sont d'un peu tous les âges, les cours sont donnés par niveau est pas en fonction de l'âge. On leur parle un peu anglais, ça se passe beaucoup mieux que prévu : ) En fait, ils parlent dix fois mieux que des gamins français du même âge!
Ce n'est pas vraiment une école : le "directeur" loue des locaux et donne des cours d'anglais gratuits aux enfants en difficulté. Il commence à nous faire visiter, en insistant bien sur les dépenses... On sent qu'on va rapidement être mis à contribution! Inévitable. On se sent vraiment obligés, alors on donne, bien sûr! En même temps, là on sait que ce n'est pas du pipeau, c'est vrai que l'école manque de moyens. En tout cas, c'était sympa ce premier cours d'anglais!



Petit restau pour fêter ça, on a bien rigolé... Vincent a voulu faire le malin et tester un "spicy pork", tout en précisant qu'il le voulait TRES épicé. Il s'est retrouvé avec un plat de piment, et pleurait dès la première bouchée... Normal, il faut mélanger au riz sinon c'est immangeable! Enfin même mélangé au riz et à mon plat pour adoucir un peu, on crachait du feu!


Sinon, on est vraiment désolés, on a quelques vidéos de prêtes mais impossible des les mettre sur le blog! Le service informatique se penche sur le problème, on espère les mettre en ligne très bientôt! En attendant, petit diapo de la journée.

.

0 commentaires:

Article plus récent Article plus ancien Accueil