lundi 8 mars 2010

Découverte de Phnom Penh! : )



Intérieur du musée national : le jardin est vraiment sublime!




Vers 5 heures du mat': réveil pâteux des deux voyageurs moyennement matinaux que nous sommes. Une coupure d'électricité est responsable de l'arrêt du mini ventilo qui rafraîchissait un peu la chambre, impossible de dormir par cette chaleur. Au moins, on est réveillés de bonne heure...
Pour le petit dej' on se trouve un boui boui pas mal au coin de la rue, qui nous sert un plat de riz, des concombres marinés et une viande très étrange. Forcément, on est l'attraction du jour...
Ensuite, direction un distributeur parce qu'on est à cours de riels! Problème : il ne donne que des dollars... Tant pis, on fait le plein. On pensait aller les changer tout de suite au bureau de change, mais le taux est très loin d'être avantageux! tant pis, on garde nos billets verts, acceptés partout ici, mais le problème c'est qu'il faut toujours calculer ce qu'on va nous rendre en riels, sinon on se fait bien arnaquer.
On arrive au musée national pour l'ouverture, ce qui ne l'empêche pas d'être plein! On apprend pas mal de choses sur Angkor, ce qui est plutôt une bonne chose avant d'aller visiter les fameux temples, mais les explications restent limitées. En sortant, un chauffeur de tuktuk nous colle, il aura tenu un quart d'heure à rester planté à côté de nous, on a chronométré! Tenaces, ces cambodgiens. Il faut dire qu'ici, les chauffeurs de tuktuk et moto sont TRES collants, et nous interpellent environ toutes les dix secondes.



On s'assoit sur un banc et on observe un type un peu bizarre : il a un grand bambou à la main et il tourne autour des moineaux qui picorent. Et là, HOP! Il en embroche un! On a pensé plus tard que ce devait être un des types qui mettent les oiseaux en cage et demandent aux touristes de les libérer, moyennant finance bien sûr, pour ensuite les capturer de nouveau, les remettre en cage... Sauf que là, il a raté son coup, le ptit noiseau ne volera plus jamais.
Petit test ce midi, dans un restau, pour voir si on nous rend bien toute la monnaie quand on donne des dollars.Juste après avoir payé, la serveuse s'empresse de nous dire au revoir. Pas si vite... Elle s'est attribuée un généreux pourboire sans trop nous demander notre avis, là! On n'a rien à dire : on reste juste plantés devant elle pendant une dizaine de secondes, sans rien demander, et elle nous rend automatiquement ce qu'elle nous doit. Le problème c'est que si on ne trouve pas de distributeur à riels, ça va vite nous énerver.



Après, retour à l'hôtel pour prendre (encore!) une douche : la chaleur est vraiment atroce ici, on n'est pas très loin du Vietnam mais ça n'a rien à voir, c'est bien plus étouffant. On sort quand il fait un peu plus frais, et on s'arrête une bonne partie de la soirée pour regarder un "spectacle de danse" en plein air. C'est assez bizarre : c'est entre un cours et un spectacle! Des touristes japonnais participent, c'est en fait une série de chorégraphies qui sont connues dans une bonne partie de l'Asie! C'est sympa comme concept : ) Bon, nous on n'irait pas, mais c'est cool de les regarder!
On longe les "Champs Elysées" de Phnom Penh, les touristes envahissent les bars hors de prix, et même en payant le prix fort ils ne sont pas tranquilles... La journée, les malheureux qui ont récupéré les places en terrasses se font assaillir par les chauffeurs qui les guettent et leurs sautent dessus au moindre mouvement (on se lève pour aller aux toilettes, il y en a quatre ou cinq qui sont déjà autour de la table), et le soir tout le monde vient mendier. Vive les bouibouis tout pourris!!! Bon, on risque peut-être de se retrouver avec des intestins frits ou des grenouilles sautées, mais au moins on est tranquilles : )

.

0 commentaires:

Article plus récent Article plus ancien Accueil