lundi 15 mars 2010

En route vers Angkor!!! : )

C'est le grand départ! Pour où? Pour voir les temples d' Angkor pardi! Après quatre grosses heures de bus, on débarque à quelques kilomètres de Siem Reap. Il fait très chaud, on savait que le bus allait encore nous déposer bien loin de la ville (promis, c'est pas fait exprès du tout) et on avait prévu de prendre un tuktuk pour se rendre en ville tout en négociant sec. Le problème, c'est qu'une vingtaine de chauffeurs (sans exagérer) nous ont sauté dessus avant même qu'on soit sortis du bus... Résultat : on a décidé de marcher un peu (après quatre heures dans un bus plein à craquer on a envie de quelques minutes de tranquillité) et de prendre un tuktuk quand la foule serait dissipée. Il y en a un qui nous a suivis pendant un bon quart d'heure tout en répétant en boucle « sir-tuktuk-cheap-ok-good-price ». Une fois qu'il est parti, on a évalué la distance de la ville : possible à pieds, mais avec les sacs et la chaleur on n'aurait pas été très frais, ils ne mentaient certainement pas en disant 5 km.
On trouve un hôtel pas trop mal avant de partir à la découverte de la ville. C'est très grand, enfin comparé à la campagne d'où on vient : ) , et on retrouve tous les inconvénients des grandes villes : prix exorbitants, les gens ne sont pas très sympa (quand ils sourient c'est qu'ils attendent un pourboire), toutes les rues sont remplies de touristes, on se fait sauter dessus toutes les trente secondes « achetez, achetez », bref, on redevient de gros dollars sur pattes. Des avantages? Oui! Heureusement! La partie de la ville plus touristique est très belle, avec des grands parcs, mais si on regarde deux kilomètres plus loin ça ressemble à n'importe quelle ville pauvre au Cambodge avec son lot de maisons délabrés et de montagnes de déchets. Et toutes les facilités genre wi-fi sont à portée de main, ça veut dire que le blog sera mis à jour régulièrement! heureux? : )
Toute la ville est conçue pour le tourisme : très peu de restaurants locaux par exemple. Et les prix sont à peu près trois fois ceux pratiqués dans les équivalents locaux. Genre le café, 4000 riels au lieu de 1500, pas de repas à moins de 8000 riels alors qu'à Phnom Penh ou Battambang on en avait pour 4000 à deux dans les bouibouis... En plus ce n'est pas meilleur, bien au contraire! En contrepartie, la location de vélos n'est pas chère. Par contre, impossible de louer un scooter ici : les touristes n'ont pas le droit d'en conduire. Si ça c'est pas encore pour nous forcer à prendre des tuktuks...
Première impression bof bof, mais on a trouvé un truc génial : plein de livres sur Angkor dans notre chambre d'hôtel! On apprend pas mal de choses, et on sait plus précisément à quoi s'attendre. D'ailleurs, on vous fera un résumé si vous êtes sages, pour que vous puissiez apprécier les magnifiques photos des temples prises par notre photographe en herbe. On se décide à prendre le pass d'une semaine, pas donné mais en même temps on ne va pas revenir ici tous les ans! On repère aussi les excursions à faire aux alentours : même pas la peine de penser faire des excursions en groupe, ça a l'air mortel! Le problème c'est que si on ne peut pas louer de scooter... On se décide pour le lac Tonlé Sap (le plus grand d'Asie), qui est à 25 kilomètres. Normalement, c'est jouable en vélo, mais ici tout dépend de l'état des routes! Au final, on devrait rester une dizaine de jours. D'un côté, ça va nous empêcher de voir d'autres villes, mais il n'y a pas grand chose à voir au Cambodge à part des temples, donc autant voir les plus beaux! L'avantage c'est qu'au moins pour Angkor on peut trouver des explications, tandis que pour les petits tas de pierres comme on trouve dans les campagnes c'est moins évident.
Repas du soir : on paie à prix d'or une nourriture tout bonnement infecte : il faut d'urgence trouver un restau local! Petit tour sur le vieux marché qui s'est transformé en attrape touriste géant, on rigole un peu en demandant à chaque stand le prix du même article, il n'y en a pas deux qui nous annoncent la même chose! Et les écarts sont énormes... On tente également d'acheter des fruits, mais les prix annoncés sont vraiment atroces! On se dit qu'encore une fois c'est des prix « spécial touristes », mais on a appris le jour suivant que la raison était bien différente... On devient paranos depuis le Vietnam : )

.

0 commentaires:

Article plus récent Article plus ancien Accueil