dimanche 18 avril 2010

Les grottes, enfin!

Ce matin, c'est décidé, on va aux grottes de Pak Ou, paraît-il les plus belles des alentours. On en reparlera, et le Lonely et le Routard recevront une petite lettre gratinée chacun pour avoir écrit que c'est merveilleux, magnifique, incontournable!

On est tout le temps en train de râler, non? Typiquement français, d'après ce qu'on a pu constater, les autres étrangers ne gueulent JAMAIS, ils ruminent seulement, tandis que les français sont bien plus expressifs. Au final, je ne sais pas ce qui est pire. Je dirais qu'il vaut mieux râler,mais le choix n'est pas impartial : )

Bref, on se lève à 6 heures (après une nuit blanche, la pluie tombait tellement fort sur la tôle qu'on n'a pas vraiment pu s'endormir). On attend les retardataires pour le bateau pendant une petite heure, et on monte sur le machin en bois pourri qui est censé nous amener aux grottes. On est trempés au bout d'une demi heure, on est au ras de l'eau et ça éclabousse, comme quoi quand on échappe aux pistolets à eau il y a toujours quelque chose pour nous mouiller.
On s'arrête à un petit village qui est censé fabriquer de lao-lao, alcool local. Je dis censé parce que les femmes revendiquent aussi le fait qu'elles fabriquent les écharpes en vente dans le village, mais il y en a tellement, et c'est les mêmes que celles qu'on trouve à Luang Prabang... En plus on a bien remarqué qu'elles ne s'installent à leurs métiers à tisser faussement rustiques que lorsque les touristes arrivent... On pense que c'est pareil pour l'alcool de riz, présenté avec de gros scorpions ou serpents dans les bouteilles, histoire de vous mettre en appétit... J'ai bien hésité à en ramener une bouteille au poug masqué mais je suis sûre qu'il ne la boirait pas : ) On doute un peu sur la provenance. Tout comme celle des fausses antiquités chinoises.
Bref, on prend des photos et des croquis pour tenter une distillation du lao-lao maison (qui voudra venir goûter à notre retour???) et Vincent s'est pris de passion pour les métiers à tisser, enfin vu la taille de l'engin on attendra d'avoir un jardin. Quand on sera riches, c'est à dire bientôt. (Ben quoi? On peut pas rêver?).
On repart après avoir traversé une nouvelle fois le "pont de la mort" en bambou moisi pour reprendre le "bateau".
Et puis on arrive aux grottes... Je ne m'attarderai pas dessus, on va dire que je râle : ) Enfin, tout ce qui coupe le souffle c'est l'escalier pour monter à la "upper cave". Pas les grottes. Vous imaginez un petit trou dans la roche avec plein de bouddhas en plastique dedans? Et bien voilà, c'est ce qu'on a vu. Une des statue avait encore son emballage autour! Si vous allez au Laos, ne visitez les grottes de Pak Ou que si vous avez une journée et 10 euros à perdre (oui, en plus c'est pas donné, enfin pour le pays).
On est rentrés, on a tenté de rattraper le sommeil en retard (il faudrait dormir une semaine complète, je pense) avant de se réveiller affamés à 19h. Oups. On est allés manger de la gastro liquide et des sandwich à la gastro, avant de retourner vomir le tout. On a quand même eu le temps d'apercevoir une cérémonie pour la nouvelle année : les laotiens versent de l'eau colorée dans une gouttière, du coup la statue de bouddha prend sa douche. ça évite de faire le ménage, pas bêtes les moines! Non, sérieusement les laotiens font ça avec beaucoup de sérieux, ils mettent leurs plus beaux vêtements et amènent des offrandes aux pieds des statues. Le but de la manœuvre nous échappe un peu, c'est qu'on est désespérément occidentaux.

.

3 commentaires:

Je suis volontaire pour une dégustation de Lao lao maison.
A quelle date ?

Dès qu'on ne sera plus SDF!!! Enfin il faut déjà qu'on traduise le magnifique schéma qui explique comment on fait... Et qu'on arrive à percer les secrets du laolao. Avec ou sans scorpion dedans?

SANS, ce sera très bien...

Enregistrer un commentaire

Article plus récent Article plus ancien Accueil