lundi 26 avril 2010

Un petit pas de plus vers la frontière... : )

L'horaire du bus pour Houay Xai (il y a des tas d'orthographes différentes pour cette ville, ça ne facilite pas la compréhension!) est assez incertain, pour info si vous voulez faire le trajet, un minibus (pas de gros bus!) part de la « nouvelle » gare routière de Luang Nam Tha à neuf heures. Le trajet ne s'est pas très bien passé : un laotien endormi a passé le trajet à dormir sur les genoux de Vincent (non, vraiment, sans exagérer, il se servait de lui comme coussin!), et même quand le bus était plein à craquer de nouvelles personnes montaient, on a rarement été aussi compressés! Du coup le moteur avait vraiment du mal en montée. Comme d'habitudes, routes de montagnes qui retournent l'estomac, on a fait cinq heurs de centrifugeuse sans pause. On n'était pas très bien en arrivent à Houay Xai, donc on repousse le passage de la frontière au lendemain.
La ville (pardon, la rue) n'est pas très palpitante, on cherche désespérément une librairie pour échanger des livres mais il n'y en a pas. C'est une constante dans tous les pays d'Asie qu'on a traversés : ce ne sont pas de grands lecteurs, c'est le moins qu'on puisse dire! On prend ensuite les renseignements nécessaires pour demain : passage de la frontière prévu à huit heures. On termine la soirée dans un restau assez infecte, et on squatte NOTRE terrasse (oui oui!) d'où on aurait une superbe vue sur la ville si une trentaine de câbles électriques ne la traversaient pas. Comme tous les soirs depuis mi-avril, on a le droit à une belle averse, la mousson est décidément commencée. Tant qu'il pleut la nuit, nous, ça nous va...
Re-invasion de nos amies les blattes qui s'étaient réfugiées dans les draps, de quoi passer une bonne nuit très sereine à se demander combien de leurs congénères restent à venir.

.

0 commentaires:

Article plus récent Article plus ancien Accueil