lundi 10 mai 2010

Premiers pas en Malaisie

Après avoir négocié sec un tuktuk (certains nous demandaient cinq fois le vrai prix, ça doit vouloir dire que certains touristes sont assez dupes pour payer cette somme?!) on arrive à la gare routière. On attrape un bus qui part pour Satun, et c'est un peu spécial... Disons que la déco du bus (c'est un bus privé, et ici les compagnes rivalisent imagination pour les intérieurs des bus, ça fait peur des fois) fait assez penser à un décor pour tourner un film X, mais bon, c'est tout à fait normal...

On était censés mettre une heure pour arriver à Satun, le trajet en a pris trois pour de mystérieuses raisons. On nous a débarqué à 15 km de l'embarcadère, et on s'est réfugiés dans un café plein de ventilateurs pour discuter de la suite des évènements. En plus, le café porte conseil, c'est bien connu. Coup de chance, deux autres touristes sont arrivés et ils prenaient le même bateau que nous, on a donc partagé un tuktuk géant et vroum! On a ensuite appris que c'était pas des vrais touristes, ils vivaient en Malaisie, donc ils nous ont un peu raconté comment c'était. Ça donne envie d'aller faire un tour plus au sud, mais on verra pour un prochain voyage, cette fois on n'a pas le temps. Sniiiif, plus que quinze jours, les neuf mois sont passés bien vite. On en prend conscience tout d'un coup, en se rendant compte que pour une fois on est limités dans le temps.

La traversée se fait rapidement, une heure plus tard on est arrivés. Surprise en sortant du bateau : il fait tout aussi chaud qu'en Thaïlande, mais on a l'humidité en prime, ce qui fait que l'atmosphère est assez irrespirable. On a ensuite eu un petit choc est une soudaine envie de reprendre le bateau en sens inverse : on a débarqué dans un complexe de boutiques, les taxis ont remplacé les tuktuks et on voit un champ de MacDo et Starbucks. On est déjà à Paris? Perplexes, on prend un taxi pour rejoindre les hôtels. C'est toujours très touristique, mais sans les grands immeubles. Pas tellement notre description de l'île paradisiaque idéale, mais bon, pour quelques jours de repos ça devrait aller.

Niveau prix, comme on s'y attendait, ça explose! On finit par trouver une chambre en ruine au prix d'une suite de luxe (oui, j'exagère, mais c'est en comparaison avec les autres pays) et on fait un tour sur la plage en regardant le soleil se coucher. Très cliché mais très joli : )

.

0 commentaires:

Article plus récent Article plus ancien Accueil